illustration equipement compostelle
Chemin de Compostelle,  Conseils pratiques,  Voyages

Quel équipement pour le chemin Compostelle ?

Vous êtes à la recherche de l’équipement parfait pour faire le chemin de Compostelle ? Cet article est là pour vous aider. Après des heures de recherches, je vous présente l’équipement définitif que j’ai choisi pour marcher jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle en toute autonomie.

Choisir son équipement pour marcher sur le chemin de Compostelle : critères décisifs et budget

Cet article porte avant tout sur mon équipement, c’est-à-dire celui que j’ai choisi et pourquoi je l’ai choisi. Voici les critères qui ont guidé mes choix et le budget que je me suis fixé.

Autonomie et légèreté

Les deux principaux critères qui ont guidé mes choix sont ces deux-là : l’autonomie et la légèreté. J’ai prévu de marcher jusqu’à Compostelle en toute autonomie. C’est-à-dire que je prévois de bivouaquer aussi souvent que possible, pour faire des économies, mais aussi pour le plaisir de vivre en pleine nature. Je fais également le choix de voyager le plus léger possible (ou presque).

Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite à réfléchir à ces questions. Comment comptez-vous vous loger le long du chemin ? Et quel poids êtes-vous prêts à porter sur ces centaines (de milliers, selon votre itinéraire) de kilomètres ?

Point de vue hébergement, trois options s’offrent à vous :

L’autonomie totale :

100% bivouac, aucune nuit en gîte ou en auberge. Certains le font, mais cela demande une logistique un peu plus compliquée, notamment au niveau de la gestion de la batterie de vos appareils électroniques et de l’hygiène. Pour la nourriture, pas de problème, le chemin traversant régulièrement des villages, il y a toujours de quoi se réapprovisionner. Point positif : c’est l’option la moins chère. Point négatif : en n’allant jamais en auberge, vous passerez à côté de belles rencontres et de chouettes soirées.

La semi-autonomie :

Un maximum de bivouac avec quelques nuits en gîte ou en auberge, c’est l’option que j’ai choisie. J’ai estimé une moyenne de 2 à 3 nuits en auberge par semaine. Cela me permettra de recharger mes batteries (aussi bien les miennes, en profitant d’une bonne nuit de sommeil, que celles de mes appareils électroniques) et de prendre une bonne douche. Je fais aussi ce choix pour rencontrer du monde.

Gîtes et auberges uniquement :

La grande majorité des pèlerins choisissent de ne loger qu’en gîtes et en auberge. Pour des raisons évidentes de confort, mais aussi parce que certains ne sont pas particulièrement rassurés à l’idée de passer la nuit en pleine nature. Je ne sais pas quelle est la moyenne d’âge des pèlerins qui marchent sur le chemin de Compostelle, mais je suppose que tous ne sont plus disposés à dormir à même le sol après une longue journée de marche. Evidemment, cela augmente considérablement le budget dédié à l’hébergement.

Pour ce qui est du poids du sac à dos…

Vous allez être amenés à marcher toute la journée, pendant plusieurs semaines consécutives. Le poids du sac à dos n’est pas un critère à prendre à la légère ! 😉 Certains privilégient le confort du quotidien, quitte à alourdir le sac ; au contraire, certains préfèreront avoir un sac le plus léger possible, quitte à faire quelques sacrifices sur la vie quotidienne.

À en lire les témoignages de pèlerins sur les nombreux groupes Facebook dédiés, le poids du sac varie de 5 – 6 kilos à 18 – 20 kilos pour une personne (en autonomie ou non).

Lors de mon PVT en Australie, j’ai du porter mon sac à dos sur des courtes distances, et il pesait 14,5 kilos. C’était extrêmement lourd pour moi, qui mesure 1m65 pour ** kilos (haha, non, je ne vous donnerai pas mon poids !). Hors de question, donc, que je parte avec un sac de plus de 8 kilos.

La liste de mon équipement pour faire Saint-Jacques-de-Compostelle est donc très clairement faite pour quelqu’un qui souhaite voyager léger.

Le budget pour vous équiper

Qui dit voyager léger, dit investissement. Je vais vous donner le chiffre de ce que m’a coûté mon équipement complet, mais avant je veux vous préciser deux choses :

  • Je partais de 0. C’est ma première grande randonnée en autonomie, j’ai dû absolument tout acheter.
  • J’ai d’autres projets en tête (notamment faire le Pacific Crest Trail aux Etats-Unis avant mes 30 ans), aussi je n’ai pas hésité à investir car je sais que c’est du matériel que je réutiliserai.

Cela étant dit, je peux vous dire que dépensé environ 1 000€ pour m’équiper. C’est énorme, je sais. Et vous n’avez pas besoin de dépenser autant en équipement pour faire le chemin de Compostelle. Certains s’équipent en partant de rien et pour moins de 300€. C’est tout à fait possible.

Il y a cependant une règle assez générale, qui va impacter votre budget : si vous souhaitez voyager léger et avec un certain confort, vous paierez plus cher. Si vous souhaitez voyager léger et que vous n’avez pas le budget pour, c’est toujours possible, mais il faudra faire quelques concessions.

Mon équipement complet et détaillé pour le chemin de Compostelle

Le matériel de camping

La tente : un tarp

photo tarp installé

Pour des raisons de poids, j’ai choisi de partir non pas avec une tente, mais avec un tarp. C’est une toile simple qui s’installe à l’aide de deux bâtons de marche. Si Décathlon propose un tarp très basique, j’ai opté pour une solution légèrement différente.

J’ai triché : j’ai allié l’intimité d’une tente 4 parois avec la légèreté et le système d’installation du tarp. En effet, avec un tarp classique, vous pouvez difficilement être complètement à l’abris des regards.

Exceptionnellement, je suis passée par AliExpress et j’ai commandé cette tente. Elle est ultra légère : une tente 2 places pour seulement 1,1 kg, c’est ce que proposent des marques comme MSR, pour 4 fois le prix (et pour une meilleure qualité, cela va de soi). Avec un poids comme celui-là, vous pouvez même partir avec la tente complète (c’est-à-dire avec sa moustiquaire) et l’utiliser comme tente, et non pas en tarp. Moi, je choisis de n’emporter que la toile, et économiser environ 400 gr (ce qui n’est pas négligeable, quand on essaie de partir avec un sac qui pèse moins de 8 kg).

Le couchage

Le sol

En guise de protection au sol, j’emporte une couverture de survie réutilisable et un tapis en mousse ultraléger en polyuréthane. Attention, les tapis fins en mousse qu’on trouve sont généralement deux fois plus lourds que celui-ci. Si je n’avais pas trouvé en-dessous de 200 gr, je n’en aurais tout simplement pas acheté.

Le matelas

Ces protections me servent d’abord à m’isoler du sol, du froid et l’humidité, mais aussi à protéger mon matelas gonflable (c’est un choix qui offre plus de confort mais qui est nettement plus fragile qu’un matelas de sol de camping classique). Pour palier à l’éventualité que le matelas se perce, j’ai acheté un kit de réparation matelas supplémentaire. En plus d’améliorer mon isolation au sol, le matelas en polyuréthane me permettra de faire mon yoga tous les soirs et d’avoir un support sur lequel m’asseoir ou m’allonger en journée. S’il a plu, par exemple, je n’aurais pas à poser mes fesses directement dans l’herbe mouillée.

Le sac de couchage

Pour le sac de couchage, j’ai investi dans un sac en plumes (plus léger et plus chaud) 0°. Bien qu’il risque de faire très chaud en Espagne, il fera aussi très froid dans l’Aubrac début mai. Ce sac de couchage Forclaz est un excellent compromis qualité/prix qui ne m’a pas fait hésiter une seconde. Pour ceux qui liraient cet article mais auraient décidé de ne dormir qu’en gîte, il me semble qu’en raison du Covid, certains hébergements ne proposent plus de couvertures. Il faudra donc également vous procurer un sac de couchage, mais un 15° suffira amplement.

En plus du sac de couchage, il est d’usage d’emporter un sac de soie. D’autres l’appellent sac à viande ou sac à rêve ; quoiqu’il en soit, ici il est question d’hygiène. On se glisse dedans systématiquement, que l’on dorme en gîte ou sous la tente. La soie est une matière antibactérienne et elle se lave beaucoup plus facilement que votre sac de couchage. En l’utilisant, donc, vous évitez de salir votre sac de couchage. J’ai récupéré un sac de soie de la marque Sea to Summit, mais vous en trouverez un à un prix très intéressant chez Décathlon et qui ne pèse que 110 gr.

L’oreiller

Pour l’oreiller, voici l’astuce pour ne pas s’encombrer : stocker ses vêtements dans un sac type Tote Bag, et utiliser votre Buff ou autre foulard pour le recouvrir en guise de taie d’oreiller. Testé et approuvé ! Plus confortable qu’un oreiller gonflable.

La cuisine

Le réchaud

Là encore, vous avez le choix. Certains décident de partir sans réchaud, c’est tout à fait possible. Cela permet une belle économie de poids. La magie du chemin, c’est sa simplicité. Sans possibilité de manger chaud, pas de prise de tête : on se cantonne aux repas froids. Et parfois, c’est un bonheur de ne pas avoir le choix.

Mais je suis une grande adepte du thé et une addict au café. C’est pour le plaisir et le réconfort que procurent une boisson chaude que j’ai décidé d’emporter un réchaud, même si ça alourdit mon sac. J’ai opté pour la solution la plus minimaliste et la plus légère : le bruleur Trangia. Il ne fonctionne pas au gaz, mais à l’alcool à brûler. Très économique et léger, il est d’excellente qualité : Trangia est une marque de référence dans le milieu. En complément, un petit outil indispensable : une croix en acier qui sert de support pour la popote. Il voudra aussi de l’alcool à brûler, que j’ai choisi de conditionner dans une petite bouteille en plastique de récupération de 20 cl.

La popote

Pour la popote aussi, j’ai investi. J’ai acheté une tasse en titane Toaks, très légere, de 750 mL, avec couvercle et anse. En complément, je dois acheter une tasse plus petite. Le but étant que, pour le matin par exemple, je puisse utiliser la grande tasse pour manger mon muesli, et la petite pour boire mon thé.

Ajoutez à cela une cuichette Décathlon tout ce qu’il y a de plus simple ; un couteau suisse (toujours utile) ; un petit récipient avec du sel et du poivre mélangés ; un autre avec de l’huile d’olive ; un briquet ou une petite boîte d’allumettes ; et des Ziplocks (sachets en plastique réutilisables) pour contenir vos aliments secs.

Accessoires techniques

Pour la nuit, une frontale : j’ai choisi celle-ci pour son rapport puissance / poids / prix.

Pour faire sécher le linge, remplacer une corde de la tente ou un lacet, j’ai acheté de la corde chez Leroy Merlin.

Last but not least, qui sert aussi bien pour le campement que pour la marche, et qui va me servir de transition : les bâtons de marche ! Sur ce coup là, je n’ai pas cherché bien loin. J’ai commandé ce modèle chez Décathlon pour la modique somme de 20€ les deux. En espérant qu’ils feront le job jusqu’au bout.

Les vêtements

C’est certainement sur cette section qu’il y aura le plus de changements. Mais pour le moment, voici ce qui est prévu :

  • Une tenue chaude : une doudoune, un polaire, un t-shirt manches longues en laine de mérinos, un legging.
  • Une tenue légère : un débardeur en laine de mérinos, une chemise ample manches longues, un short
  • Un pyjama : un t-shirt en laine de mérinos, un legging en laine de mérinos (+ les éléments de la tenue chaude en cas de grand froid)
  • Les sous-vêtements : 2 paires de chaussettes en laine de mérinos (encore un investissement qui vaut largement le coup), une paire de socquettes fines noires, 2 culottes, une brassière et un soutien-gorge
  • Un tour de cou en laine de mérinos Buff
  • Des chaussures basses de trekking : attention, ici aussi, ça vaut le coup d’investir dans de bonnes chaussures. Pensez également à toujours prendre une taille au-dessus de votre pointure habituelle.
  • Des sandales de randonnée (l’idée étant; une fois passés les Pyrénées, de ne marcher uniquement avec mes sandales et de renvoyer mes chaussures de marche). Prendre également une taille au-dessus de votre pointure habituelle.
  • Un poncho de pluie : il doit être suffisamment grand pour couvrir également votre sac à dos (surtout si, comme moi, vous partez sans protection de pluie spécifique au sac à dos). Ce modèle de Décathlon est parfait pour ça.
  • Un chapeau en tissus pour se protéger du soleil et des lunettes de soleil
  • Un Tote Bag : un essentiel qui servira à contenir les vêtements que je ne porte pas pendant la marche, mais qui fera aussi office d’oreiller et de “sac à main” pour les virées en ville les soirs où je dormirai en auberge. Ca me permettra de laisser le sac à dos à l’auberge, d’avoir de quoi transporter mes papiers et de faire une course.
  • Une serviette en microfibres : j’ai pris ce modèle réduit de chez Décathlon. Mais il est vraiment trop petit, je vais certainement acheter une version plus grande avant de partir.

Le choix du sac à dos

Au même titre que les chaussures ou le sac de couchage, c’est l’élément qui demande un bel investissement en particulier si on veut qu’il soit léger. Parce qu’on n’y pense pas toujours, mais le poids du sac à dos lui-même a son importance ! Quand on est, comme moi, à 100 gr près pour partir le plus léger possible, ça compte.

photo équipement compostelle

Voici donc les caractéristiques à regarder :

  • Le poids : selon le litrage, le poids d’un sac varie de 500 gr à plus de 2 kg. Comme toujours, pour un bon sac ultraléger, il faudra mettre le prix.
  • Le litrage : pour faire Saint-Jacques-de-Compostelle en autonomie, inutile de partir avec plus de 50 L.
  • Les poches extérieures : combien en voulez-vous ? Quelle accessibilité pendant la marche ? Pour mettre quoi, dedans ? Certains sacs ont également des poches sur la ceinture de taille, ce qui est très pratique.
  • Un système d’accroche rapide pour les bâtons de marche : c’est toujours plaisant de pouvoir s’en débarrasser rapidement pour récupérer l’usage de ses deux mains
  • Un compartiment (ou non) pour le sac de couchage : question de rangement et d’accessibilité
  • Etc…

Ce ne sont que quelques exemples des caractéristiques à avoir en tête afin de vous guider dans le choix de votre sac à dos.

Le modèle de sac à dos que j’ai choisi

Pour ma part, j’ai acheté le sac à dos Tempest 40 de chez Osprey. La réputation de cette marque n’est plus à faire, et je les connaissais déjà pour avoir acheté mon sac de voyage pour l’Australie chez eux. Ce sac est idéal. En effet, il pèse 1.3 kg pour 40L. Ce que j’apprécie particulièrement : une ouverture sur la partie basse des poches extérieures de façon à pouvoir attraper la bouteille d’eau en marchant ; le double accès à la poche principale ; les sangles sur le côté qui me permettent d’accrocher mon tapis en polyuréthane ; les sangles sur le dessous pour accrocher mon tarp s’il a besoin de sécher ; son confort ; des fixations (à l’avant et à l’arrière afin d’y fixer les bâtons de marche selon le besoin) ; et en bonus : le petit sifflet intégré à la sangle de sternum.

Trousse de toilette & pharmacie

  • La trousse de toilette : un savon multiusage Dr Bronner’s (savon pour le corps, lessive, produit vaisselle ET dentifrice, grâce à quoi vous ferez une conséquente économie de poids) ; un shampoing solide Lamazuna ; un déodorant solide Lamazuna ; une brosse à cheveux ; une brosse à dents ; de l’aloe vera ; de la crème solaire ; un razoir. L’astuce en plus : un petit gant de toilette en bambou, tout léger, avec un système d’accroche au sac afin d’y mon savon et mon shampoing pour qu’ils sèchent à l’air libre.
  • La pharmacie : rudimentaire, car on trouve des pharmacies partout sur le chemin. J’emporte donc : des boules quies ; des pansements (un rouleau, tout bête, pas de Compeed) ; des anti-inflammatoires / anti-douleurs ; quelques compresses désinfectantes ; de la crème Nok (très largement recommandée pour éviter les ampoules et les douleurs liées aux frottements) ; un bracelet Parakito (contre les moustiques) ; un masque chirurgical (Covid oblige).

Divers

L’électronique

Pour ce qui est de l’équipement électronique sur le chemin de Compostelle, cela va dépendre de vos priorités. Certains le font avec leurs gros appareils photos, d’autres partent pour se couper complètement du monde et n’emmènent même pas leur téléphone.

J’ai pour projet de réaliser des interviews tout du long du chemin et d’écrire beaucoup. Je suis aussi amatrice de photographie, mais j’ai fait le choix de ne pas emporter mon appareil photo (qui me rajoutait 500 gr).

J’emporte donc mon téléphone, son chargeur, un micro-cravate Boya, une très très bonne batterie externe pas trop lourde et un petit trépied pour filmer et prendre des photos. Tout ça sera stocké et protégé dans un ziplock.

Pour recharger tout ça, j’emporte également une petite multiprise à 2 prises (pour ne pas monopoliser les prises disponibles en auberge) et un adaptateur USB à 2 ports.

Accessoires & loisirs

  • Un carnet de note et un stylo
  • Du fil et une aiguille (sacrément utiles, ne partez pas sans)
  • Des épingles à nourrice pour accrocher les vêtements qui ont besoin de sécher sur le sac à dos (de fait, aucun risque de les perdre, ce qui peut arriver quand on utilise une pince à linge)
  • Un pare-vent fabriqué avec de simples feuilles d’aluminium pour protéger la flamme du brûleur en cas de besoin
  • Un sac étanche dans lequel mettre tout ce qui peut craindre la pluie et l’humidité (SURTOUT le sac de couchage) lorsqu’on marche la journée. En somme : toujours ranger le sac de couchage dans ce sac étanche.

Tableau récapitulatif de mon équipement complet pour le chemin de Compostelle

ObjetPrixPoids
Matériel de camping
Un tarp111€700 gr
Une couverture du survie réutilisable7€160 gr
Un tapis en mousse19€150 gr
Un matelas gonflable40€510 gr
Un kit de réparation matelas4€8 gr
Un sac de couchage160€850 gr
Un sac de soiex150 gr
Un brûleur18€110 gr
Une croix en acier7€30 gr
De l’alcool à brûlerx50 gr
Une tasse en titane46€110 gr
Une plus petite tasse en alu ou titanexx
Une cuichette1,50€11 gr
Un couteau suisse40€100 gr
Du sel, du poivre, de l’huile d’olivexx
Un briquetxx
Des ziplocksxx
Une frontale10€69 gr
De la corde (à recouper, 10m)4,70€x
2 bâtons de marche20€460 gr
Les vêtements
Une doudoune50€275 gr
Une veste polaire25€290 gr
Un t-shirt manches longues25€220 gr
Un legging54€270 gr
Un débardeur20€100 gr
Une chemise ample légèrex100 gr
Un short20€70 gr
Un t-shirt mérinos (nuit)25€200 gr
Un legging mérinos (nuit)35€246 gr
2 paires de chaussettes mérinos40€200 gr
Une paire de socquettesxx
2 culottesx20 gr
Une brassièrex75 gr
Un soutien gorgexx
Un tour de cou21€60 gr
Des chaussures basses120€732 gr
Des sandales60€510 gr
Un poncho imperméable20€300 gr
Un chapeaux60 gr
Des lunettes de soleilx20 gr
Un Tote Bagx75 gr
Une serviette microfibres2€40 gr
Un sac à dos de rando170€1,3 kg
Trousse de toilette & pharmacie
Un savon multiusage10€140 gr
Un shampoing solide11€55 gr
Un déodorant solide9€30 gr
Une brosse à cheveuxx80 gr
Une brosse à dentsx9 gr
De l’aloe verax87 gr
De la crème solairex80 gr
Un rasoirx10 gr
Un gant de toilette en bamboux12 gr
Des boules quiesx2 gr
Un rouleau de pansementx15 gr
Des anti-douleursx5 gr
Des compresses désinfectantesx10 gr
De la crème Nok (à appliquer avant le départ)14€x
Un bracelet Parakito13€x
Un masque x5 gr
Divers
Téléphone portable + chargeurx300 gr
Un micro-cravate18€50 gr
Une batterie externe20€351 gr
Un trépied23€79 gr
2 multiprises (classique et USB)15€17 gr
Un carnet de note et un stylox220 gr
Du fil et une aiguillexx
Des épingles à nourricexx
Un pare-vent en aluminiumxx
Un sac étanchex20 gr
TOTAL DU POIDS DU SAC À DOS
sans compter ce que je porterai sur moi
(tenue légère, chaussures basses, téléphone portable, bâtons de marche etc…)
7,887 kg

Remerciements

La totalité de l’équipement que je viens de vous présenter est le résultat de nombreuses heures de recherches. En effet, j’ai passé des semaines à lire des articles, comparer des produits, regarder des vidéos, pour arriver à une sélection de ce qui, a priori, me convient le mieux.

Aussi, je voudrais remercier L’instant Vagabond (qui, vous le verrez si vous allez jeter un œil à ses vidéos, a largement inspiré mes choix), Radio Camino, Monsieur Martin et Trek Attitude. Ce n’est qu’un petit échantillon des nombreuses personnes qui ont participé à mes recherches grâce au contenu qu’ils proposent, mais je me suis beaucoup référée à eux.

epingle compostelle

Mise à jour 2022 : pour découvrir l’équipement que j’ai finalement utilisé pendant 1000 km sur le chemin de Compostelle, c’est par ici !

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.