Photo du plateau de l'Aubrac sur le chemin de Compostelle
Chemin de Compostelle,  Conseils pratiques

Chemin de Compostelle : bilan de mon équipement

Après 1000 km marchés sur le chemin de Compostelle au printemps 2021, je vous propose un bilan de mon équipement. Avant de partir, je l’avais présenté dans cet article. Je vous propose de découvrir l’équipement final qui m’a accompagnée pendant deux mois de marche sur le GR65.



Abandon du matériel de camping


Si vous avez lu l’article dans lequel je présente l’équipement avec lequel j’ai choisi de partir, vous savez que j’avais prévu de faire le chemin de Compostelle en semi-autonomie. J’étais partie avec tout le matériel de camping pour bivouaquer un maximum. J’ai effectivement dormi sous la tente les trois premières nuits, mais aucune autre après ça.

En effet, le soir du troisième jour de marche, j’ai dormi dans un gite pèlerin pour récupérer. J’étais épuisée, j’avais fait l’erreur de faire une étape beaucoup trop longue et difficile pour mon corps pas encore habitué. J’y ai alors découvert le bonheur des soirées entre pèlerins. J’ai passé d’agréables moments sous la tente, ce n’était pas le problème. Mais les rencontres étaient beaucoup plus importantes pour moi, donc j’ai rapidement pris la décision de renoncer au bivouac. C’était l’occasion d’économiser un poids non négligeable : j’ai renvoyé mon équipement de camping par la poste, après une semaine de marche sur le chemin de Compostelle. Je le récupèrerais deux mois plus tard, à la poste de Saint-Jean-de-Luz, mais c’est une autre histoire.

Cela étant dit, vous comprendrez mieux le tableau ci-dessous. Il comprend tout l’équipement que j’ai eu avec mois durant les 1000 km marchés sur le chemin de Compostelle.

Le matériel que j’ai porté sur 1000 km

ObjetPrix*Poids
Matériel de camping couchage
Un sac de soiex150 g
Un sac de couchage160€850 g
Une couverture de survie réutilisable7€160 g
Pour manger
Une cuichette1.50€11 g
Un couteau suisse40€100 g
Une bouteille d’eau en plastique (1.5L)xx
Les vêtements
Une doudoune50€275 g
Une veste polaire25€290 g
Un t-shirt mérinos manches longues25€220 g
Un legging de marche54€270 g
Deux débardeurs mérinos40€200 g
Une chemise légère amplex100 g
Un short20€70 g
Un legging mérinos pour dormir35€246 g
Un débardeur mérinos pour dormir25€200 g
2 paires de chaussettes mérinos (montantes)40€200 g
2 paires de soquettesx70 g
3 culottesxx
Une brassièrex75 g
Un soutien gorgexx
Un tour de cou21€60 g
Des chaussures de marche
Elles étaient parfaites. Elles ont commencé à rendre l’âme sur la fin seulement.
120€732 g
Des sandales60€510 g
Un poncho de pluie20€300 g
Un chapeaux60 g
Des lunettes de soleilx20 g
Un Tote Bagx75 g
Une serviette microfibres (plus grande que celle emportée à l’origine)8€100 g
Un sac à dos170€1 300 g
2 bâtons de marche20€460 g
Un très grand foulardx200 g
Trousse de toilette & pharmacie
Un savon (corps / lessive)x100 g
Un shampoing solide (2 pour 2 mois)11€55 g
Un déodorant5€60 g
Une brosse à cheveuxx80 g
Une brosse à dentsx9 g
De l’aloe verax87 g
De la crème solairex80 g
Un rasoirx10 g
Un gant de toilette en bamboux12 g
Des boules quies (extrêmement utiles)x2 g
Un rouleau de pansementx15 g
Des anti-douleurx5 g
De la crème Nok (appliquée tous les soirs après la douche)14€130 g
Un masque pour la nuitx5 g
Une crème anti-inflammatoire type Voltarène3€50 g
Un tube de dentifrice3€50 g
De l’immodiumx5 g
Des lingettes désinfectantesx5 g
Divers
Téléphone portable + chargeurx300 g
Une batterie portable20€351 g
2 multiprises (jamais utilisées)15€17 g
Un styloxx
Du fil et une aiguille (très important pour les ampoules)xx
Des épingles à nourrice (très important pour accrocher
les chaussettes lavées et pas sèches sur le sac à dos)
xx
Des sacs type ziplocksx20 g
Un briquetxx
Le guide du Miam-Miam Dodo17€220 g

*les prix indiqués correspondent aux prix d’achat de l’année dernière, en hiver 2021.



Ce que j’aurais aimé savoir avant de partir / les conseils qui m’ont sauvé la vie


En attendant un article plus détaillé sur le bilan de mon aventure, voilà la liste de ce que j’aurais aimé savoir avant de partir.

  • Une trousse à pharmacie plus complète ne fait pas de mal. Si j’avais pris du Voltarène dès le départ, je me serais évitée de grosses douleurs aux tendons les premiers jours.
  • Les deux premières semaines, on rencontre peu de pharmacies : anticipez !
  • Si vous sentez la moindre petite brindille dans votre chaussure, la moindre gêne, arrêtez-vous immédiatement pour supprimer cette gêne. Il suffit de quelques mètres pour qu’une ampoule se forme et vous empoisonne la vie sur des kilomètres.
  • Si vous sentez qu’une ampoule se forme, arrêtez-vous immédiatement. Mettez un pansement, même s’il n’y a rien et que votre peau est juste rougie par l’échauffement.
  • Le Miam-Miam Dodo est votre ami. Vous pouvez faire sans, mais il est vraiment pratique.
  • Il y a une boulangerie ou une épicerie pratiquement tous les jours sur votre chemin dans laquelle vous pourrez acheter votre déjeuner. Si ce n’est pas le cas, l’hôte de votre gite ou les autres pèlerins ne manqueront pas de vous l’apprendre à temps.
  • Si vous avez des difficultés dans les montées, ralentissez. Ralentissez beaucoup. Ralentissez encore. Vous arriverez plus vite en haut de cette manière qu’en vous essoufflant et en faisant des pauses tous les 100 mètres.

C’est une expérience formiable. Les rencontres, les souvenirs, les paysages… Autant de choses qui resteront gravées dans votre esprit et vous donneront envie de repartir. N’hésitez pas, foncez !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.